Le message....

Mais que pouvait donc bien avoir à me dire maman pour faire irruption ici, en plein milieu de ce stage et de cet exercice, et alors que j'étais entourée d'observateurs ? Niveau intimité et surtout pour une telle rencontre, on pouvait imaginer mieux. Et bien figurez-vous que je n'ai pas tardé à le savoir et à avoir la réponse à ma question.

 

Pas de perte de temps ou de sensiblerie inutile hein, après tout quoi de plus normal pour Eric que d'être en contact avec le monde invisible et celles et ceux qui l'habitent ? C'est un peu son quotidien après tout. Donc droit au but et sans artifices, il me transmet au fur et à mesure qu'il les reçoit, les informations que maman souhaite me communiquer.

 

Il commence par me parler d'un frère avec qui elle aurait été fâchée. Je rectifie le tir en lui disant que si elle parle d'une histoire conflictuelle, il s'agit de son beau-frère, le frère aîné de papa. Il confirme.

Il m'explique ensuite que lorsque maman est partie, elle est montée et a revécu le fil de sa vie. Le processus habituel en somme. Sauf que là, elle s'est aperçue qu'elle avait été en colère toute sa vie et que ce n'était pas juste. Qu'elle est partie avec sa colère, colère qui a d'ailleurs fini par la consumer (maman est décédée de la maladie de Creutzfeldt jakob, une maladie où une protéine, le prion, dévore littéralement le cerveau).

Il me dit que je dois pardonner, pour l'aider elle à se libérer de cette colère et l'aider à poursuivre son chemin là -bas, mais aussi pour m'aider moi et également ma fille (à ce moment précis, je n'ai absolument pas parlé à Eric de ma fille, dont il ignore par conséquent l'existence), et plus généralement pour aider les membres de ma famille.

 

C'est là que je commence à décrocher, entre l'intensité de l'émotion et toutes ces nouvelles, je ne comprends pas ce qu'il me dit et me sens perdue. Pardonner quoi ? A qui ? Je comprends d'abord que je dois pardonner à maman d'avoir été en colère sa vie durant, mais ce que je ne comprends pas c'est pourquoi ? Après tout elle a eu bien des raisons d'être en colère. Une colère légitime même si elle n'a en effet pas réussi à la transcender et la transformer.

Il me faudra attendre le lendemain pour y voir plus clair. Eric m'explique alors que ce n'est pas à maman que je dois pardonner mais à cet oncle, mon oncle. Il m'explique que je dois lui pardonner ce qu'il a fait à maman et à ma famille. C'est en tout cas ce que maman me demande pour la libérer de sa colère, et par la même occasion pour me libérer moi, ma fille et mes frères donc. Cette colère qu'elle nous a transmise sans le vouloir, et que probablement elle même portait en elle depuis longtemps sans le savoir, peut-être même avant qu'elle n'arrive sur terre dans cette vie (le fameux transgénérationnel, vous savez ? Ces casseroles que l'on traîne de générations en générations sans en avoir conscience, ces liens qui nous suivent, nous poursuivent et nous précèdent donc, et qui impactent notre vie et nos schémas de fonctionnement).

 

Je comprends désormais mieux ce que maman attend de moi et m'engage à faire de mon mieux pour y parvenir.

Et j'en fais quoi de ce message ? 

Le message....

Mais que pouvait donc bien avoir à me dire maman pour faire irruption ici, en plein milieu de ce stage et de cet exercice, et alors que j'étais entourée d'observateurs ? Niveau intimité et surtout pour une telle rencontre, on pouvait imaginer mieux. Et bien figurez-vous que je n'ai pas tardé à le savoir et à avoir la réponse à ma question.

 

Pas de perte de temps ou de sensiblerie inutile hein, après tout quoi de plus normal pour Eric que d'être en contact avec le monde invisible et celles et ceux qui l'habitent ? C'est un peu son quotidien après tout. Donc droit au but et sans artifices, il me transmet au fur et à mesure qu'il les reçoit, les informations que maman souhaite me communiquer.

 

Il commence par me parler d'un frère avec qui elle aurait été fâchée. Je rectifie le tir en lui disant que si elle parle d'une histoire conflictuelle, il s'agit de son beau-frère, le frère aîné de papa. Il confirme.

Il m'explique ensuite que lorsque maman est partie, elle est montée et a revécu le fil de sa vie. Le processus habituel en somme. Sauf que là, elle s'est aperçue qu'elle avait été en colère toute sa vie et que ce n'était pas juste. Qu'elle est partie avec sa colère, colère qui a d'ailleurs fini par la consumer (maman est décédée de la maladie de Creutzfeldt jakob, une maladie où une protéine, le prion, dévore littéralement le cerveau).

Il me dit que je dois pardonner, pour l'aider elle à se libérer de cette colère et l'aider à poursuivre son chemin là -bas, mais aussi pour m'aider moi et également ma fille (à ce moment précis, je n'ai absolument pas parlé à Eric de ma fille, dont il ignore par conséquent l'existence), et plus généralement pour aider les membres de ma famille.

 

C'est là que je commence à décrocher, entre l'intensité de l'émotion et toutes ces nouvelles, je ne comprends pas ce qu'il me dit et me sens perdue. Pardonner quoi ? A qui ? Je comprends d'abord que je dois pardonner à maman d'avoir été en colère sa vie durant, mais ce que je ne comprends pas c'est pourquoi ? Après tout elle a eu bien des raisons d'être en colère. Une colère légitime même si elle n'a en effet pas réussi à la transcender et la transformer.

Il me faudra attendre le lendemain pour y voir plus clair. Eric m'explique alors que ce n'est pas à maman que je dois pardonner mais à cet oncle, mon oncle. Il m'explique que je dois lui pardonner ce qu'il a fait à maman et à ma famille. C'est en tout cas ce que maman me demande pour la libérer de sa colère, et par la même occasion pour me libérer moi, ma fille et mes frères donc. Cette colère qu'elle nous a transmise sans le vouloir, et que probablement elle même portait en elle depuis longtemps sans le savoir, peut-être même avant qu'elle n'arrive sur terre dans cette vie (le fameux transgénérationnel, vous savez ? Ces casseroles que l'on traîne de générations en générations sans en avoir conscience, ces liens qui nous suivent, nous poursuivent et nous précèdent donc, et qui impactent notre vie et nos schémas de fonctionnement).

 

Je comprends désormais mieux ce que maman attend de moi et m'engage à faire de mon mieux pour y parvenir.